Le pump track : l’activité idéale pour les collectivités  

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Le pump track : l’activité idéale pour les collectivités  

Arrivés en France il y a seulement une dizaine d’années, les pistes de pump tracks sont de plus en plus nombreuses sur notre territoire.

Véritables phénomènes, elles sont particulièrement adaptées aux communes qui souhaitent accroître leur offre sportive en libre accès, abordable pour tous.

Nous allons tout vous expliquer sur le pump track, son fonctionnement, ses avantages et sa facilité d’installation. Vous comprendrez pourquoi autant de communes font le choix d’installer de tels équipements.

AU SOMMAIRE :

Principe et règles du pump track

Qu’est-ce que le pump track ?

Le pump track est un circuit tout terrain fermé.

La piste est constituée d’alternance de petites bosses, de virages relevés et de bosses plus grandes permettant de réaliser des sauts.

Elle s’emploie généralement à vélo (VTT, descente ou cross-country), mais aussi en BMX.

Certains peuvent être parcourus en skateboard, rollers ou même en trottinette. 

Comment fonctionne le pump track ?

En anglais, « pump » signifie « pomper ». En pump track, il n’est donc pas nécessaire de pédaler, mais d’au contraire agir en flexion avec les bras et les jambes en « pompant » sur les bosses et sur les virages pour prendre de la vitesse.  

Il existe des vélos spécialement conçus pour la pratique du pump track, mais il est n’est pas obligatoire d’en posséder un pour s’amuser sur une piste. Les meilleurs équipements sont des vélos n’ayant pas de suspension, afin que l’énergie créée en passant sur les bosses et les virages ne soit pas absorbée.

Vous pouvez également privilégier un centre de gravité bas, comme c’est le cas sur les BMX. 

Les avantages du pump track pour une commune

Les avantages d’installer une piste de pump track dans une commune sont nombreux. Voici une liste non exhaustive de tous les bénéfices que cela peut entraîner. 

Une activité accessible à tous

Tout d’abord, il faut souligner que le pump track est véritablement accessible à tous. En effet, dès l’âge de 4 ou 5 ans, les enfants sont capables d’effectuer des petits mouvements de flexion pour avancer sur la piste sans avoir à pédaler. Sur certaines pistes, il y a même des aménagements adaptés aux plus petits : les bosses n’y font pas plus de 10 cm. De quoi appréhender la motricité tout en s’amusant.

Des boucles confirmées permettent aux plus grands de pratiquer sur des parcours plus difficiles. 

Il ne faut pas de compétences particulières pour être capable de se déplacer sur un pump track. C’est une activité physique qui développe de nombreuses capacités au niveau de la coordination et des muscles. Elle est intéressante à pratiquer à tout âge, idéale pour tous les membres de la famille. 

Un véritable lieu de rencontre

Les pistes de pump track sont de véritables lieux d’interactions et de rencontres de proximité. On y trouve plusieurs générations et cultures au même endroit. La pratique étant libre, elle est accessible à tous les foyers, peu importe leurs revenus. 

Installer ce type d’équipement ne permet donc pas seulement aux personnes de pratiquer un sport : c’est aussi une façon de rapprocher les habitants les uns des autres. 

L’installation d’une piste de pump track

Surface nécessaire pour l’aménagement d’un pump track

Une piste de pump track ne nécessite pas une surface énorme pour être installée. Généralement, les entreprises peuvent vous proposer un projet unique, en fonction de la surface disponible dans votre commune.

Il faut généralement un minimum de 300 m2 environ afin de pouvoir créer une piste. Cependant, si vous disposez d’un espace plus grand, c’est encore mieux. Cela permet de créer différentes boucles et espaces, selon les âges et les niveaux.

Cette pratique est de plus en plus populaire, il est donc intéressant de prévoir un espace suffisamment grand pour accueillir un public qui peut vite devenir nombreux.  

Une installation rapide

Une fois que votre projet est validé, l’aménagement de la piste de pump track peut être assez rapide. En quelques semaines seulement, vous pouvez donc proposer un nouvel espace de vie au sein de votre commune.

La piste se situant en plein air, les travaux à prévoir sont peu nombreux et assez faciles à mettre en place. 

Une installation facile et peu coûteuse

Pour les communes, l’installation d’une piste de pump track permet d’offrir une activité accessible à tous, sur une surface qui n’est pas très grande, et pour un coût raisonnable.

L’installation peut se faire relativement rapidement, puis les coûts d’exploitation sont presque nuls. Il s’agit vraiment d’une opération intéressante pour les communes qui n’ont pas un grand budget à allouer à de tels projets. 

Un budget raisonnable

Le coût d’installation d’une piste de pump track dépend de différents facteurs : la taille, les matériaux utilisés et la complexité des modules choisis.

Il faut également prendre en compte le prix des travaux de terrassement éventuels, et l’aménagement des abords de la piste.

En règle générale, il faut compter entre 70 € et 100 € par m2 de piste. Pour une piste de 500 m2, cela peut revenir à un prix situé entre 35 000 € et 50 000 €. Il faut souligner que même si cela peut paraître élevé, ce coût est 10 à 15  fois moins élevé que celui d’une piste de BMX.

L’investissement de départ est important, mais il faut tout de même rappeler qu’une fois que les travaux de mise en place sont réalisés, les coûts de fonctionnement sont presque nuls. La piste est en accès libre, et il faut simplement prévoir un peu d’entretien, comme c’est le cas pour la majorité des lieux publics. 

Dans certains cas, les communes peuvent bénéficier d’un soutien financier de la part de l’État afin de les aider à prendre en charge l’aménager de pistes de pump track. Cela a par exemple été le cas en 2021, avec la commune de Bourgs-sur-Colagne, en Lozère. Dans le cadre du Plan de relance, l’État a soutenir la création de cet équipement et en a financé 60 %.

Les pistes de pump track sont innovantes et permettent aux membres de toutes les générations de se dépenser tout en s’amusant dans un lieu accessible à tous. Favorisant les rencontres et la pratique d’une activité physique, ils sont un excellent investissement pour les communes.

Questions fréquemment posées

Le pump track vient du BMX, qui lui-même s’est inspiré du motocross. C’est une discipline assez nouvelle, puisqu’elle n’existait pas avant 2022. Elle aurait été inventée par des pilotes de VTT de descente australiens. Les ressemblances avec le BMX sont importantes, mais la grande différence est la présence de bosses de 30 à 40 cm, étudiées pour ne pas avoir besoin de pédaler pour avancer. 

Il est possible de pratiquer le pump track avec n’importe quel vélo, mais s’il n’est pas adapté, il est un peu plus difficile de faire les mouvements de flexion nécessaires pour avancer sans pédaler. Un vélo très lourd ne permet pas d’avoir une vitesse constante. Un vélo avec un système de suspension absorbe l’énergie créée avec les bosses. De ce fait, on considère que plus le vélo est petit, avec un centre de gravité bas, plus il est facile de l’utiliser en pump track. Les vélos de BMX sont par exemple parfaits pour pratiquer une telle activité. 

Oui, même si elles ne sont pas extrêmement nombreuses, il existe des compétitions de pump track. En 2018, Red Bull et Vélosolutions ont été les premiers à organiser un championnat du monde officieux dans cette discipline. David Graf et Christa von Nierderhäusern, tous les deux Suisses, y ont été sacrés. Depuis 2019, l’Union Cycliste International reconnait officiellement ces championnats du monde et a mis en place un règlement de la discipline. Cela a permis d’harmoniser les règles dans cette discipline. 

Il existe différents types de pump track. Ils peuvent être en terre, en bois, en fibre de verre. Certains peuvent également être fabriqués en asphalte et en béton. L’avantage de ces derniers est qu’ils sont bien plus accessibles aux autres disciplines que le vélo, comme les rollers, le skateboard ou les trottinettes. 

Différentes compétences peuvent être développées en pratiquant le pump track dès le plus jeune âge. Tout d’abord, les jeunes y travaillent sur la piste la motricité et la coordination de leurs mouvements. Il faut en effet apprendre à synchroniser les moments où l’on pousse sur les jambes avec le relief du terrain. Il faut suffisamment d’élan pour négocier les virages, mais pas trop pour ne pas sortir de la piste. Tout est une question de dosage.  
Les pratiquants un peu plus grands peuvent développer leurs capacités cardio-vasculaires tout en s’amusant. Il ne s’agit pas d’un sport d’endurance pur : le terrain varié permet de se concentrer sur autre chose que son souffle. Cependant, sans entraînement, vous verrez que vous serez fatigué au bout de quelques minutes seulement. Les personnes plus expérimentées peuvent s’entraîner à faire des sauts ou des figures, avec une prise de risque limitée. Le pump track éviter les traumatismes violents. 

Pour des raisons évidentes de sécurité, il est impératif de porter un casque à tout âge sur une piste de pump track. Pour les enfants et pour tous les débutants, peu importe leur âge, il est également recommandé de porter des genouillères, coudières et gants. Les chutes sont en effet assez fréquentes lorsqu’on commence à pratiquer cette activité, et la piste peut être abrasive. Sans équipement de protection adapté, le risque est de se faire mal, même avec une petite chute, et d’avoir beaucoup d’appréhension par la suite. Cela peut être décourageant, alors ne négligez pas cet équipement de base !

Vous avez un projet ?

Tout savoir sur le plan de subvention "5000 terrains de sport"