Comment bien entretenir son matériel de randonnée ?

Comment bien entretenir son matériel de randonnée ?

Récemment passionné par le monde de la randonnée pédestre, vous venez de faire l’enthousiasmante acquisition d’une panoplie de matériel performant ?

Sac à dos, duvet et chaussures de randonnée : vous voilà fin prêt pour parcourir des kilomètres !

Oui mais… une fois de retour chez vous, comment prendre soin au mieux de cet équipement ? Pourquoi et comment bien entretenir son matériel de randonnée ? Du rangement au nettoyage, on vous explique les fondamentaux.

Pourquoi veiller à bien entretenir son matériel de randonnée ?

Bien entretenir son matériel de randonnée, en prenant soin, notamment, de le nettoyer et de le ranger de la façon la plus adéquate possible, cela permet tout simplement d’augmenter sa durée de vie et de maintenir son efficacité.

Ainsi, un tissu déperlant le sera moins s’il est sale, car la saleté, terre ou poussière par exemple, recouvrira et altérera le traitement. Il en est de même pour les vêtements respirants : les petites particules de saleté boucheront les pores, empêchant l’évacuation de l’humidité de s’effectuer correctement.

Les sacs de couchage et doudounes ne sont pas épargnés non plus. En raison de la transpiration et de la poussière, les plumes et duvets constituant leur rembourrage peuvent s’agglomérer en paquets et s’alourdirent, perdant ainsi leur pouvoir gonflant, et donc leur capacité à retenir la chaleur.

Comment nettoyer ses vêtements de marche, sa tente et son sac à dos ?

Tout le matériel de randonnée ne s’entretient pas exactement de la même façon.
Il existe cependant un point commun entre tous : la nécessité de s’en occuper dès le retour de votre randonnée. Remettre cette étape au lendemain, c’est prendre le risque de laisser traîner, au détriment de la qualité et de la durée de vie de votre matériel. Le mieux est donc de vous en occuper le plus tôt possible.

Les vêtements de randonnée

Qu’il s’agisse des vestes et/ou pantalons déperlants et/ou imper-respirants, ou des doudounes : sachez que vous avez la possibilité de les confier à un pressing. Si vous choisissez de vous en charger vous-même, commencez par lire attentivement les indications du fabricant – tout particulièrement en ce qui concerne le passage en machine.

D’une manière générale, tâchez de laver ce type de vêtements seuls, ou avec des vêtements très peu sales, afin qu’aucune saleté ne se coince dans les pores du tissu. Fermez les scratchs et fermetures et détendez les cordons. Utilisez une lessive douce ou spécialisée et optez pour le programme délicat de votre machine.

Pour les doudounes :

  • En cas d’ouate synthétique, vous pouvez la laver vous-même, en respectant les consignes du fabricant.
  • En cas de plumes ou duvet (naturel ou faux-duvet), le plus raisonnable reste le pressing, car il est très compliqué d’empêcher la création de paquets lors du séchage.

Toutefois, si vous tenez à vous en charger vous-mêmes, voici quelques conseils.
Lavez votre doudoune avec des balles de lavage, afin d’éviter que les plumes ne se regroupent en paquets et appliquez l’essorage le plus lent possible. Pour le séchage, si vous optez pour le sèche-linge : là encore, utilisez le programme le plus délicat possible, toujours avec les balles de lavage. Si vous optez pour un séchage à l’air libre : placez-la sur un cintre et secouez, remuez, tapotez, retournez, etc. régulièrement la doudoune, toujours pour limiter le risque d’agglomérat de plumes. Quel que soit le mode de lavage choisi, inutile de procéder régulièrement : une fois par an suffira pour une utilisation standard.

Le sac à dos, le sac de couchage et la tente

Pour les sacs de couchage, les conseils sont les mêmes que pour la doudoune. En cas d’utilisation peu intense, un simple « décrassage » peut suffire, au retour de votre randonnée. Utilisez simplement un gant ou une éponge, à peine humidifié avec de l’eau savonneuse, et frottez délicatement l’extérieur. Rincez à l’eau clair selon le même procédé et laissez sécher. Afin de prévenir la saleté, notamment celle engendrée par la transpiration, vous pouvez vous glisser dans un sac à viande lorsque vous utilisez votre duvet. Enfin, quoiqu’il en soit : laissez-le s’aérer plusieurs jours, complètement ouvert, en rentrant de randonnée.

Le sac à dos et la tente, pour leur part, nécessitent un nettoyage minimal. Le plus important, pour la tente, est surtout de bien la laisser complètement sécher en rentrant de votre marche. Pour cela, laissez-la ouverte un jour de beau temps, et assurez-vous qu’elle soit bien sèche partout avant de la ranger. Cela évitera au tissu de moisir. Si vous constatez que la toile est sale, vous pouvez la nettoyer, mais il est inutile de le faire systématiquement. Procédez sur toile tendue, donc tente ouverte, en frottant délicatement, là encore, avec une éponge ou un gant humidifié à l’eau savonneuse. Contrairement au sac de couchage, le rinçage pourra se faire à grandes eaux – en accordant une attention particulière au séchage.

Enfin, pour votre sac à dos, prenez l’habitude de lui faire une toilette une à deux fois par an, selon votre utilisation. À l’instar du reste du matériel : de l’eau savonneuse et une éponge seront tout à fait adéquats. Le séchage se fera de préférence sac à l’envers, retourné, toutes poches ouvertes.

Comment ranger son équipement de marche ?

Beaucoup de personnes ont le réflexe, une fois rentré d’escapade, de ranger tente et duvet dans leur sac respectif. Hélas, si cela est pratique, ce n’est pas l’idéal pour ce matériel.

Si vous en avez la possibilité en termes de place :

Si vous n’avez pas d’autre choix que de conserver votre tente dans son sac : vérifiez les arceaux avant tout départ. Pour cela, évitez de les tester un par un, car pris séparément, ils sont assez fragiles. Assemblez-les et testez la souplesse de l’ensemble.

Pour ce qui est des chaussures de randonnée :

Comment bien entretenir ses chaussures de randonnée ?

La première chose en ce qui concerne l’entretien des chaussures de randonnée, c’est de bien les aérer en rentrant. Ouvrez-les au maximum, tous lacets défaits, et laissez-les s’aérer quelques jours. Si possible, enlevez la semelle intérieure et nettoyez-la avec de l’eau et une brosse avant, elle aussi, de la laisser s’aérer quelques jours, jusqu’à séchage complet.

Retirez les cailloux et amas de terre dans la semelle. Si le dessus est très sale : nettoyez-le avec une brosse et/ou une éponge humide, pour enlever la terre et la poussière. À l’instar des vêtements déperlants et imper-respirants, cela est capital pour conserver leur imperméabilité et leur respirabilité.

Si vos chaussures de marche sont tout ou partie en cuir, pensez à l‘hydrater régulièrement, pour éviter qu’il ne se craquelle.

Comment composer son kit de réparation pour un trekking ?

Si vous partez pour du trekking, il est fortement recommandé d’emporter dans vos bagages un kit de réparation. À l’instar de la trousse de survie que vous emportez pour prendre soin de vous : avoir le nécessaire pour réparer votre matériel peut vous éviter un demi-tour aussi amer que décevant. Au fil de vos sorties pédestres, vous saurez composer votre propre check-list, mais pour débuter, en voici une :

Des arceaux de rechange pour la tente

un élastique (reliant les arceaux entre eux), ainsi que le kit permettant de le changer

des patchs, à appliquer en cas de sac de couchage ou de doudoune percé

des lacets de rechange, pour les chaussures

du scotch renforcé

du fil (solide) et une aiguille

une boucle de sac à dos

un multi-outil

Une lessive classique douce et de l’eau savonneuse peuvent suffire pour bien entretenir votre matériel de randonnée. Excluez tous les produits tels que les adoucissants et détachants. Si vous êtes un marcheur émérite, qui randonne régulièrement : vous pouvez choisir des produits spécialisés. Les marques NST, Nikwax et Granger sont des incontournables. Vous pouvez en confiance les utiliser tant pour le nettoyage de votre équipement que pour leur ré-imperméabilisation. En effet, après un certain temps, après un trekking ou après un lavage, le traitement peut avoir perdu en efficacité. Raviver les propriétés déperlantes des tissus de vos vêtements, de votre sac ou de votre paire de chaussures peut alors s’avérer nécessaire. De préférence, effectuez cette opération après le nettoyage, en prenant soin d’utiliser le produit adapté au tissu traité. Sinon, par exemple si vous n’avez pas randonné depuis longtemps et que vous procédez à un entretien complet de votre matériel : n’appliquez pas ce traitement la veille ou le jour de votre départ. Espacez le traitement et votre départ d’au moins quelques jours.

Questions fréquemment posées

Le plus connu d’entre eux est bien évidemment le vélo, mais il n’est pas le seul sport à roulettes. Le roller et le skateboard font leur grand retour depuis quelques années, sans oublier la trottinette. Ces pratiques se sont même déclinées pour en former de nouvelles, comme le footbike (trottinette dotée d’une grande roue avant), ou le skike (rencontre du roller et du ski).
Outre son accessibilité, les sports à roulettes disposent de nombreux avantages. Praticable en famille ou entre amis, vous travaillerez l’ensemble de vos muscles, comme les bras ou les abdominaux, et évidemment, les jambes. Vous augmenterez également votre capacité respiratoire, tout en travaillant votre équilibre et coordination.
La pratique urbaine est celle que nous connaissons le plus, mais le roller et le skateboard ont de nombreuses disciplines comme le mountainboard, la rampe, le roller derby ou le rink hockey.

Pour découvrir tout notre dossier sur le plein air :