Apprendre à nager aux tout petits avec les bassins mobiles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Apprendre à nager aux tout petits avec les bassins mobiles

Dans le cadre du Plan Aisance Aquatique, 200 bassins mobiles vont être mis en place en France d’ici 2024. Ceux-ci permettent aux enfants vivant dans des communes non équipées de piscines d’accéder à l’apprentissage des bases de la natation.

Quels sont les principaux avantages des bassins mobiles ? Comment installe-t-on ces équipements ? Qu’est-ce que le Plan Aisance Aquatique ?

Découvrez tout sur ce nouveau type de camions aménagés.

AU SOMMAIRE :

Les avantages des bassins mobiles pour une commune

Qu’est qu’un bassin mobile ?

Un bassin mobile est une mini-piscine située à l’intérieur d’un camion. Elle a une longueur de 8 mètres sur 2 mètres et sa profondeur est variable. Celle-ci peut aller de 10 cm à 1,20 m. C’est la société suisse Aqwa Itineris qui a confectionné les premiers bassins mobiles en 2018. Le but était de permettre aux enfants des villages isolés en montagne d’apprendre à nager. En France, le premier bassin a été testé en 2021 à Marle, dans les Hauts-de-France.

De réels bénéfices pour les communes

Dans différentes communes de France, les enfants n’ont pas la chance d’avoir une piscine à proximité. Pour certains, la piscine municipale la plus proche est située à 30 minutes de bus. De ce fait, très peu de jeunes peuvent pratiquer la natation : les sorties sont compliquées à organiser et c’est très chronophage. Il en résulte qu’un grand nombre d’enfants arrivent au collège sans savoir nager. C’est également le cas de 1 adulte sur 7 en France.La mise en place de bassins mobiles dans ce type de communes présente donc de nombreux avantages.

Familiariser les plus petits, pas à pas

Tout d’abord, elle permet aux jeunes de se familiariser avec l’environnement aquatique. En effet, certains enfants de primaire n’ont jamais été à la piscine. Alors que certains peuvent logiquement appréhender l’immersion dans l’eau, le bassin mobile permet une adaptation pas à pas grâce à sa profondeur réglable. On peut donc commencer par des exercices dans quelques dizaines de centimètres de profondeur, puis augmenter le niveau de l’eau jusqu’à 1,20 m.

Limiter les accidents et les noyades

Ce type de bassins ne permettent pas forcément d’apprendre aux jeunes à nager parfaitement. Cependant, grâce à l’activité physique et la pratique libre dans l’eau, ils acquièrent des réflexes. Ils savent par exemple flotter en faisant la planche ou maintenir leur tête en dehors de l’eau. C’est très utile afin de limiter les accidents par noyade. Il s’agit encore aujourd’hui de la première cause de mortalité domestique chez les moins de 25 ans en France. Un quart d’entre elles concernent les moins de 6 ans. Il est donc primordial que chacun ait un minimum d’expérience en natation. Si un enfant tombe accidentellement dans l’eau, il peut, grâce à ses acquis, se déplacer jusqu’au bord.

Atteindre les territoires isolés

Enfin, les bassins mobiles de ce type permettent d’atteindre facilement un nombre important de communes isolées. En installant un camion à proximité des écoles, ce sont des centaines d’enfants qui peuvent être touchés par le dispositif. Encore beaucoup de communes sont trop isolées pour se permettre d’organiser des sorties régulières à la piscine avec les plus jeunes.

Les installations

L’achat d’un bassin mobile coûte entre 500 000 et 600 000 euros. Ce tarif est bien moins élevé que la construction, l’aménagement et l’entretien annuel d’une véritable piscine. L’équipement peut également être partagé entre plusieurs communes. Celles-ci peuvent créer un roulement et utiliser le bassin pendant quelques semaines par an. 

Le camion-piscine contient, en plus du bassin, une douche et des toilettes. La température de l’eau est de 29 °C. Pour l’installer, peu de manipulations sont nécessaires : il faut garer le véhicule sur un terrain plat, puis le raccorder à l’électricité et l’eau. Pour le moment, il n’est pas possible de rouler avec le bassin plein d’eau, mais cela sera pourrait l’être prochainement. 

La mise en place d’un bassin mobile est donc vraiment très simple. 

Le Plan Aisance Aquatique

En avril 2019, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a annoncé le lancement d’un Plan d’État intitulé « Plan Aisance Aquatique ». Celui-ci a pour objectif de lutter contre les noyades, les accidents et l’aquaphobie. Pour cela, une familiarisation avec le milieu aquatique dès le plus jeune âge est nécessaire. Plusieurs axes sont développés dans ce plan, élaboré en collaboration avec les ministres de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, de l’Intérieur et de la Santé. 

Un apprentissage de la natation densifié dès le plus jeune âge
Le Plan Aisance Aquatique vise à intensifier les séances de natation proposées aux plus jeunes. Pour cela, il s’appuie sur une augmentation du temps effectif dans l’eau et des apprentissages massés sur une semaine. À raison de deux séances par jour, les enfants de maternelle acquièrent alors rapidement des bases solides et sont à l’aise dans l’eau dès l’âge de 4 ans.
Les familles impliquées
Le Plan Aisance Aquatique propose également à l’entourage des enfants de participer à leur apprentissage. Pour cela, des mini-vidéos didactiques et ludiques sont mises à la disposition des parents. Celles-ci leur permettent d’accompagner étape par étape leur enfant dans l’acquisition des rudiments de la natation. Les règles à suivre sont très simples, afin que tout le monde puisse les appliquer facilement. La méthode éducative utilisée est inspirée des travaux de Raymon Catteau.
Le dispositif « J’apprends à nager »
Initié en 2015, ce dispositif a déjà permis à plus de 300 000 jeunes d’apprendre à nager. Le budget de 3 millions d’euros permet de financer des cycles de 10 séances de natation pour les enfants, grâce à des appels à projets portés par des collectivités ou des associations. Il permet une pratique pour tous et un apprentissage égal pour les enfants de la France entière.
Un budget alloué aux installations
Enfin, le Plan Aisance Aquatique prévoir un budget de 15 millions d’euros à destination du développement des piscines. Les bassins d’apprentissage tels que les bassins mobiles sont amenés à se multiplier dans ce cadre, afin de pouvoir toucher plus facilement les territoires isolés et démunis de structures adaptées.

Les bassins mobiles sont des mini-piscines installées dans des camions. Ils sont très utiles pour les communes dépourvues de grand bassin à proximité. Ils permettent à ces jeunes d’acquérir progressivement les bases de la natation, afin qu’ils sachent se déplacer sans difficulté dans l’environnement aquatique. Ce dispositif a été testé fin 2021 dans les Hauts-de-France et il est prévu de le généraliser d’ici 2024 avec la création de 200 bassins mobiles sur tout le territoire. 

Questions fréquemment posées

Le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé la création d’un vaste plan d’équipement à l’horizon de 2024. Cette année-là marquera l’organisation des Jeux Olympiques de Paris. Dans ce cadre, il a annoncé un budget de 200 millions d’euros pour la construction de 5000 nouveaux terrains de sport en France. 50 millions d’euros seront également destinés à la rénovation thermique du bâti sportif. 

Sur ces 5000 terrains de sports, on devrait compter entre autres 1000 dojos, salles d’arts martiaux ou de boxe, 1000 plateaux multisports, 500 terrains de baskets, 500 de padel et 200 bassins mobiles. Ceux-ci permettront aux enfants des communes et quartiers les plus carencés d’apprendre à nager. Les territoires ultramarins devraient également profiter de l’installation de tels bassins. 

Il est important de donner accès à l’apprentissage des bases de la natation pour tous les jeunes. Même si cela de leur permet pas forcément de devenir de très bons nageurs, ils acquièrent une aisance utile pour éviter les accidents et les noyades. Grâce à la familiarisation très progressive avec l’eau, ils appréhendent moins qu’en étant directement immergés dans un grand bassin de 1,20 m de profondeur. Cela réduit l’aquaphobie chez les plus petits. 

La France deviendra en 2024 une terre de jeux en accueillant les Jeux Olympiques d’été à Paris. Dans ce cadre, le gouvernement a fait le choix de mettre en place des initiatives favorisant d’accès au sport. L’idée est de profiter de cet événement international pour communiquer et sensibiliser à l’importance de pratiquer une activité physique régulière. Les Français, et en particulier les enfants, sont de plus en plus sédentaires, et cela a une influence négative sur la santé. 

L’installation des bassins se fait très simplement. Une fois que le camion est stationné, il faut le brancher à l’électricité et à l’eau. Cela permet de remplir le basin et de le chauffer. L’installation est simple et rapide. 

La première commune à avoir fait le test est Marle, dans le département de l’Aisne. La commune, située dans la région des Hauts-de-France, compte 2200 habitants. C’est début septembre 2021 que le camion-piscine s’est garé sur le parking de l’école. Il y est resté jusqu’au 15 octobre. La région est la première à réaliser des tests de ce genre. D’autres expérimentations sont également prévues dans le sud-ouest de la France en ce début d’année 2022. 

Vous avez un projet ?

Tout savoir sur le plan de subvention "5000 terrains de sport"